LE CONTENU DU HAVRESACK M1910

M1910 HAVERSACK COMPOSITION

 

Soldat avec son havresack

Lorsque le sac M1910 est mis en service, son contenu et la disposition de ce dernier sont définis réglementairement.

 

1) La pochette à gamelle.

La pochete contient les ustensiles utiles pour prendre les repas :


- La gamelle en deux parties
- Les couverts et leurs étuis de transport.

Ces ustensiles sont facilement accessibles et permettent de prendre un repas déjà préparé sans ouvrir le havresac.

 

La gamelle est assemblée pour recevoir les portions du repas, le couvercle servant d’assiette.

 

les ustensiles tels qu’ils prennent place dans la pochette à gamelle

 

Le havresac contient le strict indispensable pour la vie en campagne; soit les rations et le nécessaire de toilettes.


- "Bacon can" qui contient la ration de viande pour quelques jours


- "Condiment can" contenant café et sucre dans les deux compartiments principaux dont les cannelures servent de mesure (une mesure = un jour de ration), et sel dans le compartiment du bouchon.


- Deux paquets de biscuits de guerre faisant partie d’un jour de ration de réserve.; s
oit deux autres paquets de biscuits de guerre portant ainsi la réserve à deux jours; soit une boite de ration d’urgence en remplacement.

- Le nécessaire de toilette : peigne, rasoir, boite à savon et savon, brosse à dents roulés dans la serviette de toilette, ainsi que deux paires de chaussettes de rechange.

Si les "Bacon can" et "condiment can" sont transportés vides, ils s’emboîtent l’un dans l’autre. Le café présenté ici a été trouvé d’origine dans la boite.

 

 

Boite de biscuit de guerre et principales rations d’urgence.

 

Le placement dans le havresac est fait de manière réglementaire en fonction du type de ration emporté et de la présence du pack carrier. Le principe est d’obtenir un rectangle régulier, adapté à la taille de la poche du sac. Présenté ici le placement pour un jour de ration de réserve et une ration d’urgence.

Un boite de talc pour les pieds est ajoutée dès le début du conflit, ainsi que la généralisation du « Holdall » pour transporter les affaires de toilettes.

Le rabat intérieur forme une poche qui recouvre entièrement le contenu. L’espace en dessous est prèt à recevoir le contenu du pack carrier.

 

Le pack carrier, qui peut être déposé séparément, contient le matériel de campement :


- La demi toile de tente avec un mat pliant, un cordeau de tirage et 5 sardines (de quoi former une demi tente de deux places).


- Le poncho qui sert aussi de tapis de sol ou pour former un sac de couchage en association avec la couverture. Durant le conflit, le poncho sera le plus souvent remplacé par un imperméable, plus pratique pour se protéger des intempéries.


- Une couverture.

contenu du pack carrier près à être roulé pour former le « roll ». On distingue l’imperméable sous la couverture, et les accessoires de la tente disposés dans la couverture.

 

Détails des piquets, ici les modèles aluminium, du mat pliant et du cordeau

 

- La baïonnette fixée sur le coté grâce aux œillets présents sur le rabat et une sangle sur le côté.


- L’outil individuel sur la palette et par-dessous la pochette à gamelle. Dans le cas de la pelle, la sangle inférieure du sac se boucle par-dessus le manche pour un meilleur maintien.

 

Havresac monté : le porte outils et le fourreau sont accrochés vides, puis outil et baïonnette sont insérés.

 


A ce contenu s’ajoutent en principe les sous vêtements de rechange, le plus souvent dans le pack carrier.
Un sweater, des gants et la capote peuvent être emportés si cela est prescrit.

Le reste de l’équipement et des changes est rangé dans le "Supply Bag" du Squad porté sur les chariots d’accompagnements (chemise, culottes capote, sweater, chaussures et lacets de rechanges, sous vêtements ainsi que le nécessaire de nettoyage d’arme du squad).

Le contenu strictement défini à la base évolu au cours du conflit, pour s’adapter notamment à la diversité des rations et conserves constitues l’approvisionnement, mais aussi à la volonté de chaque soldat d’emporter des affaires personnelles pour améliorer son confort (réchaud et ustensiles de toilettes d’achat perso, bible, tabac,….)
L’accès parfois aléatoire aux chariots d’allégements a pour tendance d’augmenter la charge emportée sur les hommes. Ficelles et courroies permettent alors de fixer tout cela autour du havresac.

 

Marines quittant la zone de combat : les sacs sont loin du règlement.

 

L’architecture du havresac est indissociable de son contenu réglementaire, et l’étude de ce dernier permet de mieux comprendre et apprécier la façon dont le havresac a été pensé.

Article : P. Moscato