LES CEINTURONS DES TROUPES MONTEES

MOUNTED CARTRIDGE BELTS

Septembre 1918. St Mihiel. Soldats du 16th Infantry Rgt (1st Div). Le soldat de droite est visiblement un sous officier : il porte une paire de jumelles et il est doté d'une arme de poing en plus de son fusil Springfield. Le ceinturon « Mounted » lui permet d'emporter les munitions pour ces deux armes.

 

Dans l’ensemble des équipements adoptés en 1910 par l’infanterie, figure un ceinturon cartouchière spécifique aux troupes montées.En effet, dans l’infanterie certains personnels sont amenés par leur fonction à se déplacer à cheval (Prévôté, éclaireur, estafettes…). Pour cela, ils sont dotés d’une arme de point en complément du fusil, en l’occurrence un revolver.

Au départ, comme dans la cavalerie l’étui de revolver est glissé par-dessus les pochettes du ceinturon cartouchière M1903/07 et les munitions du revolver prennent alors place dans un des compartiments du ceinturon ou dans les poches de la veste.

En 1910 les choses évoluent légèrement, un ceinturon est dessiné spécialement pour l’infanterie à cheval : c’est le ceinturon cartouchière modèle 1910 pour troupes montées (Cartridge Belt M1910 « Mounted »)

 

Cartridge Belt M1910 « Mounted ».

Ce ceinturon est identique au modèle « Dismounted » des troupes à pieds, sauf que les deux pochettes standard de devant laissent place à une paire de petites pochettes superposées destinées aux munitions du revolver. Le port de l’étui reste inchangé.

Ce ceinturon a une brève existence puisqu’en décembre 1911 l’armée adopte le pistolet automatique Colt en calibre .45. L’approvisionnement par chargeur rend nécessaire la refonte du ceinturon de type « mounted ». Le nouveau ceinturon reprend la structure du M1910 « dismounted » sur lequel, cette fois ci, une seule pochette est supprimée coté gauche. A cet endroit le ceinturon est légèrement allongé de façons à recevoir la pochette pour 2 chargeurs du modèle M1912 qui vient d’être adoptée pour la nouvelle arme. Dorénavant l’étui du pistolet est suspendu au ceinturon par un crochet double. L’appellation M1910 « mounted » reste la même malgré la modification.

 

Cartridge Belt M1910 « Mounted » 2ème modèle.

 

Beaucoup des anciens ceinturons seront modifiés par la suppression des petites pochettes afin de laisser la place à une pochette chargeur M1912.

Ceinturon pour troupes montées 1er modèle, modifié par suppression des pochettes à munitions.

 

 

Rapidement, le ceinturon va quitter sa vocation première d’équipement pour troupes montées et équiper tout personnel doté à la fois d’une arme longue et d’une arme de point : sous-officiers, pourvoyeurs d’armes collectives, etc. Les ceinturons sont en principes fournis par les fabricants sous formes d’un ensemble comprenant le ceinturon et sa pochette chargeur.

Si en 1914, la pochette chargeur M1912 reçoit une pression au dos pour en assurer le maintien sur le ceinturon M1912 « Pistol Belt », la configuration du ceinturon de type « mounted » ne semble pas rendre ce dispositif nécessaire.

 

Ceinturons de fabrication Mills sans pression

 

Ceinturons de fabrication Mills avec pression


Cependant, lorsque les pochettes et ceinturons sont produits sous contrat dont les fabriquants utilisent de la forte toile, le manque de tenue de l’ensemble rend utile l’adjonction d’une pression de liaison.
Les variantes sont nombreuses et suivent celles du ceinturon de type « dismounted ».

Version "contrat" du ceinturon monté : fabrication LC&C sans pression

 

Version "contrat" du ceinturon monté : fabrication "Long" avec pression

 

Assortiment de pochettes : celles sans pression sont prévus pour le ceinturon monté sans pression, les autres sont utilisées indifféremment sur le ceinturon monté avec pression ou le Pistol Belt M1912

 

Fabrication "LCC"
Fabrication "Russel"

 

Fabrication de "Mills"
Fabrication "Mills"

 

Mai 1918. 42nd Div. Soldats équipés pour une patrouille dans le no man's land. Tous portent un Colt 45. Le deuxième soldat à gauche s'est équipé d'un ceinturon Mounted doté de sa pochette de deux chargeurs pour le Colt 45

Il est intéressant de noter qu’à partir de 1918, la cavalerie adoptera le modèle dessiné par l’infanterie après l’échec de leurs propres expérimentations de nouveaux équipements.

Article : Philippe Moscato